C’est comment, une famille polygame ?

Si il y a une journaliste que je déteste, c’est bien Natacha Polony, et un peu – mais moins – Audrey Pulvar !

Comme quoi, entre Blacks ce n’est pas forcément la grande solidarité pour vous manger vous les Blancs (et là je vous fais l’accent à la con du raciste qui se croit drôle en imitant Michel Leeb).

Ca remonte à la fin de 2011, les deux nanas sont en train d’interviewer un rappeur, un plutôt bon, plutôt sympa, et comme elles n’ont pas envie de le descendre sur sa musique, elles l’attaquent sur sa famille. J’ai oublié le nom du mec, mais je me rappelle comment je me tassais dans mon fauteuil, de honte, pendant qu’elles le poussaient « oui et la polygamie, alors, c’est comment, vous êtes pour la polygamie ? Contre ? » et le type, bien sûr, coincé, il essaye de s’en sortir en regardant la pointe de ses baskets, mais ça ne marche pas.

Eh j’avais envie de leur dire « eh oh, espèce de tête vide, le mec il est contre la polygamie pour lui, il n’en veut pas, mais comment tu peux imaginer un instant qu’il va critiquer son père en public, comme ça, alors que toute la cité est suspendue au poste de télé, tu veux qu’il dise quoi ?

– ah non, je suis totalement contre la polygamie, c’est des cochons lubriques qui ont plusieurs femmes, et les femmes qui acceptent ça, ce sont de pauvres objets oppressés, sans cerveau, ou alors des prostituées sans coeur qui volent l’homme d’une autre »

Non mais oh…. ça t’arrive de réfléchir, la Natacha, pendant que tu fais tes grandes phrases qui durent cinq minutes ?

Alors je vais te dire, moi, comment c’est « une famille polygame »

D’abord, c’est comme toute les familles, ça a des bons moments et des mauvais moments.

Faut quand même pas imaginer qu’un milliard d’être humains vivent dans une situation intenable (enfin si, mais le milliard dans la situation intenable, ce sont les super pauvres, ceux qui descendent dans les mines, les gamins qui dépècent les PC pour quelques centimes en se brûlant les poumons et la peau avec des déchets toxiques).

Ma famille polygame, ce qui la rendait la plus triste, ma maman y compris, c’est que mon papa n’a jamais pu faire venir sa seconde épouse en France. « Interdiction de la polygamie », oui.. mais voilà, il avait une partie de sa famille qui ne le voyait qu’un mois par an.

Et ça, ma maman, au lieu d’être super tranquille, petite reine avec son mari pour elle toute seule, elle n’aimait pas. Parce que la deuxième épouse, c’était une cousine, une tante pour moi, bref quelqu’un qu’elle connaissait, qu’elle aimait, elle avait même dit d’accord à mon papa pour la marier. Donc elle la plaignait, ma tante Fatou, et surtout les enfants qui grandissaient en ne voyant pas beaucoup leur papa. Tout le village était sur leur dos, les oncles, les trois grand-pères, bien sûr, ils n’étaient pas tout seuls, ils avaient même plus de famille que nous, en France… mais pas leur papa.

Ma maman, elle disait que ce n’était pas bien. Du moment qu’elle et ma tante Fatou, elles étaient d’accord, c’était quoi le problème de la France ?

Alors quand on allait à Dakar, elle emmenait plein de cadeaux pour ma tante Fatou et ses trois enfants (pour le reste de la famille aussi, mais un peu plus pour ma tante). Elle choisissait elle-même ce qui pourrait lui plaire, comme robe, comme chaussure, comme parfum, et elle réussissait bien.

Ma maman et ma tante Fatou étaient très complices. Elles surveillaient ensemble mon papa, pour éviter qu’il aille pêcher une troisième épouse, qu’elles ne connaîtraient pas (mais mon papa m’a dit plus tard qu’il ne voulait pas imposer à une autre femme la même chose que ce que vivait ma tante Fatou).

C’était comment ma famille polygame ? Plein d’amour pendant l’été, un petit manque presque permanent le reste de l’année. On voyait bien, à certains moments, que mon papa était triste, il aurait bien voulu pouvoir partager certaines choses avec ses autres enfants, les envoyer à l’école en France, par exemple !

Bien sûr, j’ai eu beaucoup de chance.

Il y a beaucoup de familles polygames où ça ne se passe pas aussi bien, où les femmes sont jalouses entre elles, trop nombreuses, aussi, le mari a oublié que l’Islam dit « quatre maximum », des familles où les femmes se disputent, gardent leurs enfants avec elles.

Des familles aussi où le mari « joue » de la menace d’un nouveau mariage pour forcer ses femmes à l’obéissance.

Des familles où, en plus de la polygamie, il y a les maîtresses, celles qu’on appelle chez nous le « deuxième bureau ».

Mais en majorité, autour de moi, ça se passe « bien ».

Je ne vais pas vous dire non plus que les femmes n’ont pas de jalousie entre elles. Que certains soirs, ce n’est pas dur. Pareil pour les enfants.

Mais imaginez un instant… votre mari a une maitresse. Vous ne savez pas qui c’est, il vous ment pour aller la voir. Ah pardon, pas besoin d’imaginer ? Vous connaissez ?

La polygamie, c’est UNE réponse à un problème humain qui se retrouve partout. Tant que c’est fait avec respect, avec attention, avec amour, c’est UNE réponse aussi valable que le romantisme mononucléaire français qui connait des taux de divorce entre 30 et 50% dans les grandes villes.

La polygamie c’est un truc « côté Dakar ». Ici, même sans la loi, les jeunes n’en veulent plus, sauf ceux qui sont tellement intégristes qu’ils se baladent avec des barbes de 1 mètre de long. Ici, la vie n’est pas faite pour ça, les petits appartements, le temps perdu dans les transports, les formalités, au lieu de le passer avec ses familles.

Ici, même si nos mamans sont plusieurs, on sait bien qu’on va avoir une seule femme, quand on est un garçon. Et quand on est une fille, on sait que si on a une rivale, on ne la connaîtra pas, sauf en cas de divorce. Et qu’à ce moment-là, peut être, on va regretter la polygamie. Ou pas…

 

Mais en tout cas, polygamie ou pas, on respecte nos parents, et on ne les critique pas en public.

6 thoughts on “C’est comment, une famille polygame ?
  1. Salut.
    Après la lecture de votre article, je me sens inspirée.
    Tout comme vous, je ne suis pas une grande fan de Natacha Polony et d’Audrey Pulvar. Je ne les déteste pas, mais leurs réflexions sont, à mon sens, souvent faites pour orienter la discussion sans laisser de chance aux interlocuteurs de s’exprimer. Ah les vieilles techniques de rhétoriques dans l’art oratoire, bref ce type de journalisme à sensation formaté pour faire dire ce que l’on veut à quelqu’un c’est pas mon truc.
    J’ai vu cette émission, et effectivement, le sujet qu’est la polygamie aurait pu être traité avec un réel sens critique. On est plus au Moyen Âge !
    Dans les esprits occidentaux, le manichéisme conditionne tout: bien , pas bien…
    Par conte l’hypocrisie historique en Europe est bien présente, d’un commun accord implicite. Si l’on n’autorise pas l’adultère, il faut quand même noter que les hommes sont qualifiés de « Tombeurs » quand ils trompent leurs femmes, je préfère taire les qualificatifs qu’on donne aux femmes quand elles « fréquentent »…
    Donc il ne faut pas tout mélanger. La polygamie est simplement un autre mode de fonctionnement, libre à chacun d’avoir son avis. Mais quand est des journalistes bien pensants, issus d’écoles encore teintées de moralisme, décident de volontairement crucifier le fonctionnement d’autres cultures plutôt que de réfléchir de manière constructive, je trouve ça injuste.
    Le mariage est profondément remis en cause à notre époque, alors d’un côté il y a les lois d’un lieu, de l’autre les pratiques réelles (à un moment « T »). Vous pouvez jeter un oeil ici => http://www.portailmariage.com pour préparer les festivités à vote sauce ( sans aller conter la légalité bien sûr ), le monde avance.
    Voili, voilou, merci pour vos réflexions en tout cas.

  2. Bonjour,
    Ma soirée était partie pour être « merdique » mais ça m’a fait du bien de vous lire! Je pourrais faire tout un laius mais je crois que tout est dit dans votre article. Merci
    Fred

  3. « C’est quoi le problème de la france » au sujet de la polygamie : bah c’est interdit et c’est tout c’est comme ça, perso je suis contre aussi pour moi mais si des femme acceptent de ne pas etre l’unique de celui qu’elles aiment, c’est leur droit, en espérant qu’elles aussi aient le droit d’avoir plusieurs maris ! Mais voilà en france c’est interdit, et quand on va dans un pays, on y respecte les coutumes plutot que de les critiquer. Attention, je ne suis pas raciste, mais c’est ce genre de propos, de critique face aux coutume du pays dans lequel on vit qui fait augmenter le racisme (car les gens avec un QI légé n’arrivent pas non plus à comprendre que les coutumes de la france ne sont pas internationales).

    Donc si monsieurs est triste de pas pouvoir amener sa deuxième femme en france (sachant que les gens, les racistes principalement vont forcément penser qu’il veut la ramener en france pour profiter du système, des aides…etc) et ba monsieur reste dans son pays avec ses deux (ou plus) épouse. Il y a des choix à faire dans la vie et souvent on en connait les conséquences. Il suffit ensuite de les assumer que de râler sur le fait qu’en France les coutumes sont différentes.

    Bonne soirée.

    • Bonsoir Aude,

      merci de vos explications, j’ai bien tout compris. Si vous voulez, je vous donne le numéro de téléphone de ma Maman. Comme ça vous pourrez lui expliquer tout ça, et que c’est normal par contre qu’un président gonfle tout le monde avec ses histoires de divorces, de maîtresses, etc (ça fait deux de suite, hein…)

      Non, bien sûr, vous n’êtes pas raciste. Vous avez juste sorti votre discours sans voir que je rapportais les propos de ma maman. Ma maman, elle n’est pas comme vous, elle est née dans un pays où les français prennent des petites bonnes à la maison, parce qu’ils peuvent faire avec elle des choses qui sont interdites par les lois et les coutumes de notre pays, mais comme c’est des toubab, on ne leur dit pas gentiment « quand on va dans un pays, on y respecte les coutumes plutot que de les critiquer » en les renvoyant dans leur pays où c’est acceptable de violer des gamines de 12 – 13 ans juste parce qu’elles sont pauvres.

      Bien sûr, vous n’êtes pas raciste. Bien sûr vous n’avez pas vu que tout l’article explique que nous, qui sommes nés ici, on n’en veut plus de la polygamie. Là vous sortez votre truc « nanana faut pas critiquer ».

      Eh bien je vais vous dire un truc un peu idiot : je suis française comme vous, je paye mes impôts comme vous (enfin j’espère), et j’ai le droit de critiquer mon pays.

      Bonne fin de journée

  4. Bonsoir Nafissatou,
    Il se trouve que comme toi, je suis africaine et je déteste la polygamie parce que ça se passe mal en général.
    Ceci dit j’aime la façon dont tu en parles car ça m’amène à avoir un autre regard sur la chose puisque des fois ça marche et ton témoignage en est la preuve.
    Mais si j’ai tenu à laisser ce message c’est essentiellement pour te remercier de nous rappeler qu’on est différent et qu’on devrait s’accepter dans cette différence plutôt que de critiquer, juger et rejeter.
    Dans tous les cas, c’est un bel article sur ce sujet tabous.

  5. Bonjour Berthe,

    merci pour ton commentaire et ton ouverture. Tu as bien compris ce que je voulais dire.

    On ne peut pas jurer de rien, n’est-ce pas ? On ne sait pas de quoi l’avenir sera fait, mais aujourd’hui, personnellement, je n’envisage pas un mariage polygame. Comme tu dis, souvent ça se passe mal, et puis surtout je vis en France, alors ce n’est pas possible !

    La polygamie, pour moi, c’est quelque chose d’un autre temps, où les femmes ne pouvaient pas vivre célibataires. Hamdullilah, ça change, on ne vit plus dans des conditions où on a besoin de la force masculine pour nous protéger ^^, on est éduquées, on peut gagner notre vie.

    Par exemple, quand le frère épouse la veuve, c’est de la polygamie « de protection ». Ça a fait des ravages, ça a permis la propagation du sida dans des familles entières, mais à la base, l’intention n’était pas de faire mal, ou même de construire une relation amoureuse, mais juste de protéger la femme.

    C’est en changeant les conditions qu’on change le sort de la femme, Africaine ou d’ailleurs, et qu’on lui permet de se forger sa propre vie. De l’éducation, du travail, la paix…

    Je te souhaite bonne chance dans ton entreprise, je suis allée voir ton site, il est très chouette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>