La Maison Rose

C’est joli comme nom, La Maison Rose, sans savoir ce que c’est on imagine une maison avec plein de fleurs.

Mais non, la Maison Rose c’est beaucoup, beaucoup mieux que ça : c’est une maison qui est « peinte en rose », au Sénégal, pas très loin de Dakar, au bord de la mer, dans une ville qui s’appelle Guédiawaye. Le « vrai » nom de la Maison Rose, c’est Dar As Salam, la maison de la paix, et c’est vraiment un hâvre de paix.

La maison n’a rien d’extraordinaire : des sols avec des carreaux, une cour intérieure avec des plantes, des hibiscus et plein de pièces… Mais c’est une maison qui accueille des femmes et des enfants, en leur permettant de trouver la paix, pour un moment, et de repartir pour une nouvelle vie.

L'intérieur de la Maison Rose

L’intérieur de la Maison Rose

La Maison Rose, c’est une maison communautaire – il y en a aussi comme ça en France, hein ? – qui accueille les femmes qui ont des problèmes, avec leurs enfants.

Les « problèmes des femmes » au Sénégal, c’est principalement trois choses :  être battue par son mari, être enceinte sans être mariée et avoir un mari qui a plein de bureaux et qui vous ramène des maladies. Après il peut y avoir la pauvreté, la maladie, bref toutes les difficultés normales de la vie. Mais quand on échappe aux trois premières, on est déjà contente.

Une grossesse hors mariage, au Sénégal, c’est la honte

La honte pour la fille, bien sûr, et puis la honte pour toute la famille, au village. Alors souvent, les filles enceintes essayent d’avorter, en douce, bien sûr pas dans un hôpital. Quand ça ne marche pas et qu’elles en réchappent, elles se sauvent vers Dakar, pour disparaître dans l’anonymat de la grande ville.

C’est ces femmes que la Maison Rose accueille, avec leurs enfants. Oui, parce qu’une fois qu’une fille a « mal tourné », elle n’a pas beaucoup de moyens de vivre. Si elle vient de la campagne, sans éducation, sans famille pour s’occuper d’elle, elle va être obligée de se prostituer…

L’aide apportée par la Maison Rose

La Maison Rose va d’abord héberger ces femmes, leur permettre de vivre la fin de leur grossesse et leur accouchement dans de bonnes conditions, avec un suivi médical. La plupart du temps les bébés naissent dans une maternité voisine, de temps en temps un petit pressé arrive directement sur place.

Elle va aussi les aider dans les démarches administratives, parce que donner une identité à un enfant sans père, au Sénégal, ce n’est pas simple. Et sans identité, pas d’école, pas de droit de vote, pas de possibilité d’exercer officiellement un métier… bref c’est très mal barré.

Enfin, elle les aide à se reconstruire, avec du temps pour elle, à l’abri, des formations, une aide à l’établissement. Les femmes apprennent un métier, ouvrent une petite boutique, repartent « du bon pied ».

Les femmes de la Maison Rose

Les femmes de la Maison Rose

Les actions dans le quartier

En plus d’accueillir des femmes de tout le Sénégal, la Maison Rose aide activement les femmes du quartier où elle est installée (on n’est pas dans un quartier riche de Dakar…). On leur explique leurs droits, les mécanismes juridiques et démocratiques, pour qu’elles puissent mieux se défendre, on peur apprend l’hygiène moderne, et surtout on les aide aussi pour développer leur propre activité, et gagner un peu d’argent.

Par exemple, la Maison Rose a fait construire son jardin sur le toit par les femmes : comment manier planches, scies et marteau, faire pousser des plantes en villes, devenir une bonne maraîchère…

Quelques chiffres

Vous pouvez aller télécharger le rapport d’activité sur le groupe Facebook (là où j’ai pris les photos).

La Maison Rose, sur un semestre, va accueillir en résidentiel quasiment une centaine de personnes, femmes et enfants. La durée moyenne de séjour est très variable, de l’ordre d’un mois. La grande majorité des femmes restent moins d’un mois, mais certaines vont rester plus d’un an…

Le personnel de la maison est composé de neuf personnes, ce qui semble bien peu !

Les jardins sur le toit

Les jardins sur le toit

Comment aider ?

La Maison Rose a la chance de bénéficier du parrainage de Léa Seydoux. Mais, comme toutes les structures de ce genre, elle a besoin des dons de tous.

Si vous êtes au Sénégal, c’est facile, voici les coordonnées  :

Adresse Postale
BP 19920
GUEDIAWAYE
Sénégal
Tél. (221) 33 877 34 46

Contacter la présidente, Mona CHASSERIO
Port. (221) 77 819 36 43
m.chasserio@unies-vers-elles.com

Si vous êtes en France, le plus simple est sans doute de passer par le groupe Facebook.

Mais vous pouvez aussi faire un virement, en € sur leur compte :

Les Amis de Dar As Salam France

La Banque Postale

RIB : 20041 – 00001 – 5621816A020 – 76

IBAN : FR47 2004 1000 0156 2181 6A02 076

Juste pour vous donner une idée des besoins : la Maison Rose les pieds dans l’eau, avec les inondations catastrophiques des derniers jours

La maison Rose sous les eaux

La maison Rose sous les eaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>