Hapsatou Sy et la beauté Ethnicia

Mauvaise nouvelle pour moi, qui voulais vous parler des salons de beauté Ethnicia et d’Hapsatou Sy, une des mes idoles. C’était dans la liste de mes bonnes adresses à partager, beauté, coiffure et « bons produits » au sens large du terme, et voilà que je découvre que c’est en partie fini, en tout cas pour les salons de beauté. Mais il reste les produits de beauté, alors allons-y, au contraire, c’est l’occasion les filles, il faut soutenir cette marque, et lui donner un sérieux coup de pouce.

Hapsatou Sy, femme d'affaire, créatrice de beauté et journaliste

Hapsatou Sy, femme d’affaire, créatrice de beauté et journaliste

Hapsatou Sy, c’est une française d’origine mauritanienne et sénégalaise (wééé). Et c’est déjà une femme extraordinaire, un modèle pour moi. Elle a aujourd’hui 31 ans, elle est née à Sèvres, en banlieue parisienne, et elle a grandi dans une famille de huit enfants, avec un papa ouvrier – comme le mien – qui montait des stands et une maman au grand coeur qui s’occupait de tout le monde – comme la mienne. Elle a commencé à travailler très jeune, avant même l’âge légal. Elle fait un BTS commerce international et tombe amoureuse de New York, où elle fait son stage de fin d’études.

C’est dans la grosse pomme qu’elle découvre cet esprit qui manque tellement en France : tout est possible, just do it ! L’idée de sa première entreprise nait là bas, mais elle finit ses études et après la vie professionnelle chez les autres, pour se donner de l’expérience, avant de sauter le pas et de créer enfin, en 2005, sa société Ethnicia.

Quand j’ai découvert son blog, je me suis imprimé en gros sa devise, que j’ai accrochée au dessus de mon miroir, dans la salle de bains, et au dessus de mon PC :

Vivez vos rêves et ne rêvez pas votre vie !

L’aventure Ethnicia

Donc, en 2005, Hapsatou Sy ouvre sa société.

L’idée est simple : des produits de beauté, pour toutes les femmes, y compris pour les femmes noires, métisses ou asiatiques, dont la peau a besoin de produits différents de ceux qu’on trouve généralement dans le commerce, en dehors de certains coins parisiens et de certaines cités.

Produits aux pigments adaptés, avec des fonds de teint très foncés, des ombres à paupière aux pigments très présents, produits adaptés aussi aux peaux et aux cheveux différents.

Et surtout, l’originalité est de proposer ces produits dans un salon esthétique et coiffure, tout intégré, situé dans un des quartiers les plus chics et les plus touristiques de Paris, l’île Saint Louis. Comme Hapsatou Sy le dit « un salon melting pot et multiservices », où on vient se faire prendre en charge intégralement, entre copines, sans que la black soit obligée d’aller dans le 10° , l’asiatique dans le 13° et la « de souche » … où elle veut, un salon où on peut se faire coiffer, manucurer, masser sans changer de lieu.

D’autres salons ouvrent rapidement, d’abord dans le 15° arrondissement, puis au Salon des Quatre Temps, à la Défense ; bientôt nait l’idée d’ouvrir des franchises, et surtout, de les ouvrir à des femmes en difficultés, de le coacher et de leur permettre de changer de vie (c’est le projet « 100 femmes ont décidé de changer de vie« ).

La gamme de produits

La gamme de produits comprend :

  • des compléments alimentaires « Hapsatou Sy »
  • des produits et des extensions capillaires « Hapsatou Sy »
  • le maquillage « Artisan Make Up »
  • des produits de beauté « Ethnicia »
  • un lissage brésilien « Dazzia »

Tous ces produits sont proposés dans les instituts et boutiques, et sont de très bonne qualité.

En plus, j’adore leurs noms, décalés, drôles.

Par exemple, le shampooing pour cheveux abîmés s’appelle « à bout de force ? » et le shampooing pour cheveux secs « soif de toi! »

Moi j’étais fan des couleurs en maquillage, de la belle gamme de bruns des fards à paupière, et du choix dans les fonds de teint. Un peu chère, peut-être, mais la qualité est là, et je n’ai pas l’impression de dépenser trop.

2010, la grosse tuile : le bail de l’avenue de l’Opéra

En mars 2010, Generali, qui lui avait concédé un bail pour un local 43-45 avenue de l’Opéra la fait expulser, prétendant qu’elle n’avait pas payé les loyers.
En réalité, il semble s’agir de manoeuvres de Generali pour se débarrasser d’Ethnicia, et pouvoir louer le local à une société payant plus, SFR.
Hapsatou Sy raconte toute l’affaire sur son blog.
Generali a été condamné à payer 400.000 € de dommages et intérêt, qui n’ont pas été versés.
Un expert, quant à lui, aurait estimé les dommages à trois millions d’euros… l’affaire est toujours devant les tribunaux.

2012 la fermeture du réseaux de franchisées

L’idée du programme « 100 femmes ont décidé de changer de vie », c’était de permettre à des femmes sans moyens financiers, et sans réelle expérience de gestion d’entreprise, de devenir des entrepreneuses, à travers des formations et un financement de leur investissement dans le salon à taux zéro.

Dix huit salon franchisés sont ouverts, mais cela ne marche pas très fort. Plusieurs sont mis en cessation de paiement, des clientes se plaignent de la qualité du service. Sur un blog, on lit même que dans les salons, les salariées disaient du mal de la société mère et de Hapsatou Sy.

En février 2012, elle jette l’éponge et ferme le réseau, ce qui ne va pas sans grincements de dents. Un groupe est créé sur Facebook, aujourd’hui fermé. Hapsatou récupère la main pour gérer directement ses salons et ses marques.

Un réseau de revendeurs, « à la Amway » est créé. Il est toujours visible sur le site.

2013, le grand tournant

Hapsatou Sy travaille depuis longtemps avec Francis Lelong, l’ex-PDG fondateur de Sarenza, débarqué par ses actionnaires pour manque de rentabilité. La patte du pro du web se retrouve dans la qualité du blog, dans le compte twitter, la page facebook… et finance sans doute en partie l’expansion de la société.

Il arrive officiellement chez Beauty Revolution International (la holding qui chapote l’ensemble des activités) en janvier 2013, quelques semaines à peine avant l’ouverture de la procédure de redressement judiciaire (le 23 janvier exactement).

Mais la news est tombée récemment, finalement ce sera la liquidation.

Hapsatou Sy conserve la propriété de ses marques, qu’elle compte continuer à développer, mais sans ouvrir de salons en France.

Alors Hapsatou Sy, arnaqueuse, ou entrepreneuse confrontée à des difficultés normales ?

La blackosphere a crié, et beaucoup de personnes ont insulté Hapsatou Sy, en l’accusant de mener un grand train de vie, de ne pas payer ses salariés, et d’être une arnaqueuse.

C’est difficile de savoir ce qui se passe réellement.

Du côté Hapsatou Sy, elle a manifestement une grande maîtrise de la communication sur internet (merci Francis Lelong) mais il parait qu’elle ne publie pas ses comptes. Et tout le monde est d’accord pour dire qu’un des gros problèmes de son entreprise, c’est un développement trop rapide et mal maitrisé. Auquel se rajoute la tuile de l’avenue de l’Opéra.

Du côté des ex-salariées mécontentes… la plupart de celles qui accusent et qui insultent le font avec un vocabulaire qui prouve bien qu’elles n’ont effectivement pas eu « un parcours scolaire leur permettant d’accéder à l’entreprenariat ». Ce qu’elles disent est peut-être vrai, mais…

  • il est certain qu’elles ont une vision partielle des choses
  • une partie des critiques qu’Hapsatou Sy fait à ses franchisées (manque de qualité dans la prestation) est vraie, il suffit de surfer un peu sur le net pour le voir
  • il y a dans ce genre de situation beaucoup de jalousies, les femmes peuvent avoir été trompées, mais elles peuvent aussi s’être fait des illusions… et ne pas avoir compris le risque qu’il y a à entreprendre
  • il est clair qu’Hapsatou Sy a mis, dès le départ, de l’argent dans l’affaire, et qu’elle a aussi des idées généreuses
  • on ne peut pas lui reprocher, comme le font certaines, d’être belle, bien habillée, de porter des perruques à 300 €… elle bosse dans la mode, cocotte, elle DOIT être comme ça. Peut-être qu’elle mange une nouille tous les trois jours tellement elle n’a pas d’argent, mais elle doit être belle, glamour, etc

Moi ce que je crois, c’est que c’est une fille avec énormément de volonté, beaucoup d’ambition, qui a fait des erreurs – elle le reconnait – et qui s’en sort bien, à titre personnel, parce qu’elle a du relationnel, qu’elle peut faire une chronique sur D8, etc. Se raser la tête et se couvrir de cendre n’arrangera rien pour les autres filles…

Elle est sûrement allée « trop vite trop fort un peu négligente », mais elle a une société qui a tenu neuf ans. C’est quasiment cinq fois plus longtemps que la majorité des nouvelles entreprises, qui déposent souvent le bilant dans les deux ans qui suivent le démarrage.

Et comme j’aime ses produits, eh bien j’ai juste envie que la boutique en ligne revienne !

 

[Nb : je vous ai dit, je rêve de devenir journaliste. Au lieu de faire un billet d’humeur, je viens de passer un bon moment à chercher l’info, à essayer de comprendre ce qui s’est vraiment passé. J’espère que ça vous intéresse ?]

3 thoughts on “Hapsatou Sy et la beauté Ethnicia
  1. Sans être une fan inconditionnelle de Hapsatou Sy (en général je ne suis pas fan de grand chose), je suis assez admirative de son parcours. Pas évident, déjà, d’aller à NYC avec des parents ouvriers… Je trouve aussi qu’elle a le nez fin (non mais vous avez vu le budget que les non-caucasiennes claquent pour leurs cheveux et la beauté en général ???). Si elle a cru pouvoir aider des gens, au moins l’intention était bonne, même si le résultat n’est pas à la hauteur des moyens investis.
    Après, il y a la réalisation, qui est une autre histoire. Je n’ai aucune idée de ce qui s’est réellement passé avec ses franchisés, je retiens juste qu’Hapsatou Sy leur a mis le pied à l’étrier. Elle avait bien le droit ensuite de se faire du bien, non ?
    J’ai l’impression qu’il y a eu beaucoup de jalousies dans toute cette histoire. Ce qui est dommage, c’est que les clientes, comme moi, font les frais d’une guéguerre interne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>